• Président Hollande, nous avons nos yeux rivés  sur vous.Si sur le plan national, le Président Hollande sera jugé sur sa capacité à promouvoir la justice sociale, sur le continent africain, nous le jugerons sur sa capacité à rompre avec « La Francafrique ».

    Autrement dit le Président Hollande ne sera un grand homme d’Etat que s’il met définitivement fin à cette mafia « francafricaine »  qui a installé et maintient  au pouvoir des assassins et des criminels au nom des intérêts supérieurs de l’hexagone.

    Nous rappelons à François Hollande, que nous démocrates africains pouvons respecter  les contrats économiques qui nous lient dans le cadre de nos intérêts communs.

    Nul besoin pour cela, de recourir à des dictateurs africains qui ont pour beaucoup d’entre eux les mains et les bras imbibés du sang de leurs compatriotes au nom de la conservation du  pouvoir.

    Le Président Hollande sera t-il ce président français, que les démocrates africains attendent depuis des lustres ? En tout cas je le souhaite car de son attitude envers les dictateurs africains dépend  la future influence géostratégique de la France sur le continent noir.

    Kovalin Tchibinda Kouangou


  • Un Cobra à VindzaComment faire baisser la fièvre « tribalitaire »  qui agite le débat politique sur la place de Paris? Comment prouver que le Congo-Brazzaville est un pays uni  du Nord au Sud?  La réponse de Sassou Nguesso consiste  à  nommer son oncle et Ministre de la justice Emmanuel Yoka membre du PCT (Parti des Cobras Tirailleurs), député de la circonscription de Vindza dans le Pool.

    Ce retour sur le lieu du crime permettra sûrement le reboisement des arbres fruitiers coupés par les hommes de Yoka et Sassou ; La construction d'une stèle à la mémoire de toutes les victimes du Pool ; La reconstruction des maisons brûlées ; L'octroi d'une allocation de 5000€ à tous les habitants de Vindza.

    Dommage que Sassou Nguesso et ses conseillers n'aient pas pensé à nommer un "Mokongo" député à Oyo. Leur farce "Nominative" ainsi que leur illusion d'unité nationale auraient eu un meilleur goût.

    Kovalin TCHIBINDA KOUANGOU


  • Guerre ethnique au Kénya, pantalonnade de l’Arche de Zoé, guerres civiles du Darfour et du Tchad... ces événements tragiques constituent autant de démentis cinglants aux Occidentaux de gauche qui nient le facteur ethnique. Raison pour laquelle ces "bonnes âmes" échouent lamentablement dans leurs entreprises et leurs interventions humanitaires ou prétendues telles.

    Lire la suite...