• Hommage de Noel Magloire NDOBA au vieux André SAFOUX

    Hommage de Noel Magloire NDOBA au vieux André SAFOUX

    J'adresse toutes mes condoléances à la famille de l'illustre disparu, à tous ceux qui furent ses compagnons de route dans ce domaine qu'il pratiquait plus que tout autre et toujours avec une passion et des convictions déclarées, ce domaine, en effet, qu'est la politique.

    A cet homme, qui fut aussi un des plus grands instituteurs de sa génération, des hommages seront sans doute rendus par beaucoup de cadres et des citoyens qui avaient été ses élèves, au Kouilou notamment. Pour ma part, je garde de lui deux images pleines de sens, au sujet de ce qui était la passion de sa vie: la politique. Première image: notre première rencontre.

    Nous sommes chez le ministre Simon Pierre Kikhounga-Ngot , à Poto-poto, vers la grande mosquée de Brazzaville. Le Professeur Pascal Lissouba est élu depuis près d'une semaine et il n'y a pas de gouvernement, même si l'ingénieur agronome Stéphane Bongho Nouarra a été nommé Premier Ministre. Et le vieux Safoux de s'étrangler: "Mais, comment ça se fait que Pascal n'arrive pas à avoir un gouvernement?".

    Deuxième et dernière image: le 16 octobre 1997, dans le bureau du préfet du Niari à Dolisie. Le vieux Safoux, l'ingénieur agronome Jean-Pierre Madéké et moi, nous sommes tous les trois auprès d'un Président Lissouba qui est très intrigué par la chute de Pointe-Noire la veille, au terme d'une opération surprenante de l'armée angolaise. Dolisie est une ville qui s'inquiète. Et le Président Lissouba doit partir ou plutôt fuir à l'étranger.

    Drame sans pareil. " Et nous, nous ferons quoi?" Cette question que pose alors le Vieux Safoux est restée apparemment une question permanente pour beaucoup de Congolais, du côté du peuple que cet homme totalement Bantou' avait servi tout au long de sa vie. Une question permanente aussi du côté des militants du parti créé par l'ancien premier ministre Pascal Lissouba, un parti auquel l'attachement de ce vieux Sage restera légendaire, comme en témoignent ces images de lui lors de ces manifestations incroyablement vivantes du temps de la lutte contre le référendum anticonstitutionnel sur le changement de Constitution en octobre 2015. Hélas!

    Un sage est parti, alors que le Congo sombre. "Et nous, que ferons-nous?". Peut-être le peuple poserait- il cette question au "Vieux Safoux" lorsqu'il aura devisé avec nos ancêtres du royaume de Kongo et du royaume de Loango, là-bas au paradis. "Classe" Jean Louvosso, tu nous transmettras son message, toi qui a su être à ses côtés et qui partagé avec lui l'insondable douleur morale d'un grand combattant amèrement déçu par l'échec politique...l'échec de tout un peuple.

    QUE SON AME REPOSE EN PAIX!

     
    What do you want to do ?
    New mail

     
    What do you want to do ?
    New mail